Santé

Pilule du lendemain : je vous dis tout !

Beaucoup de désinformation et de tabou entourent ces petites pilules, sur lesquelles je vous dis tout !

De plus en plus de femmes y ont recours au moins une fois au cours de leur vie. De ce fait, la prise de la contraception d’urgence chez les 15-49 ans a triplé entre les années 2000 et 2010 (Source INPES).

Aussi, 30% des femmes ne savent pas très bien comment la contraception d’urgence fonctionne. Une réelle méconnaissance et une peur subsistent concernant les effets indésirables de ces méthodes contraceptives d’urgence.

Beaucoup de désinformation et de tabou entourent ces petites pilules, j’ai donc décidé de tout vous dire à leur sujet !

Petit point sur le cycle menstruel

Faisons d’abord un point sur le cycle menstruel de la femme; Un cycle dure en moyenne 28 jours durant lesquels différentes hormones entrent en jeu. Finalement, un ovocyte se développe pour être expulsé de l’ovaire afin d’aller dans l’utérus.

Cycle menstruel pilule du lendemain


Deux phases se succèdent :

La phase folliculaire, du 1er au 14ème jour, durant laquelle un ovocyte se développe dans un follicule situé dans l’ovaire. Le 1er jour de cette phase correspond au 1er jour des règles.

La phase lutéale, du 14ème au 28ème jour, durant laquelle l’utérus se prépare à accueillir l’ovocyte et à une éventuelle grossesse.

L’ovulation a lieu au 14ème jour. Elle se caractérise par un pic de l’hormone lutéinisante (LH), qui permet à l’ovocyte d’être expulsé de l’ovaire. Si le pic de LH n’a pas lieu, l’ovulation ne pourra pas survenir et aucune fécondation ne sera possible…

Voilà en gros le fonctionnement des pilules contraceptives d’urgence : retarder ou bloquer l’ovulation via l’empêchement du pic de LH.

Pilules du lendemain : à quoi ça sert concrètement ?

La pilule du lendemain permet d’empêcher ou de repousser la date de l’ovulation après un rapport sexuel non protégé. Elle peut alors éviter tout risque de grossesse.

Il existe deux pilules contraceptives d’urgence : NorLevo (Lévonorgestrel 1,5mg) et EllaOne (Ulipristal acétate 30mg).

NorLevo est efficace jusqu’à 3 jours après le rapport sexuel non protégé, EllaOne l’est jusqu’à 5 jours.

Pilule du lendemain
Pilule du lendemain

D’après des études comparatives sur nos deux pilules du lendemain (Brache et al, Contraception 2013), EllaOne obtient de meilleurs résultats que NorLevo sur la prévention de l’ovulation même si le pic de LH a commencé à augmenter. Dans 78,6% des cas, EllaOne permet de retarder l’ovulation pendant 5 jours, contre 14,3% pour NorLevo.

Lorsque la contraception d’urgence est prise avant le début de l’augmentation de LH, EllaOne permet dans 100% des cas de retarder l’ovulation de 5 jours contre 25% pour NorLevo. Mais ne vous affolez pas, cette étude ne met pas en valeur NorLevo car elle fonctionne seulement pendant les 3 jours suivant le rapport sexuel non protégé.

Finalement, les taux de grossesse après une prise de contraception d’urgence dans les 72h après un rapport sexuel non protégé sont de 1,36% pour EllaOne et 2,15% pour NorLevo (Glasier et al, Lancet 2010).

La pilule du lendemain en pratique :

Prenons le cas d’une femme ayant un cycle « parfait » de 28 jours avec une ovulation au 14ème jour. Si un rapport sexuel non protégé a lieu le 13ème jour du cycle, une prise d’Ellaone repoussera l’ovulation au 18ème jour et une prise de NorLevo au 16ème jour. Aucune fécondation ne peut donc être possible (la durée de vie moyenne d’un spermatozoïde étant de 3 à 4 jours).

En revanche, si le rapport sexuel a lieu le 14ème jour du cycle et que le pic de LH a commencé, la prise d’une des deux pilules du lendemain ne servira à rien. S’il y a eu fécondation, il sera malheureusement trop tard…

Comment me procurer la pilule du lendemain si j’ai pris un risque ?

La pilule du lendemain est disponible anonymement et sans ordonnance dans les centres de planification familiale et en pharmacie. De plus, elle est gratuite pour les mineures.

Leur prix est de 6,34€ pour NorLevo et 18,60€ pour EllaOne. Elles sont remboursées à 65% par la sécurité sociale si vous présentez une ordonnance en pharmacie. Le reste pourra être pris en charge par votre mutuelle le cas échéant.

La posologie est d’un seul comprimé à avaler le plus rapidement possible après un rapport sexuel non protégé.

Questions fréquentes et réponses :

pilule du lendemain

Est ce que la pilule du lendemain peut rendre stérile ?

Non, elle ne peut pas rendre stérile. Elle permet juste de décaler l’ovulation après un rapport sexuel non protégé et doit être utilisée occasionnellement.

Est ce que la pilule du lendemain permet d’avorter ?

Non, la contraception d’urgence permet juste de retarder l’ovulation pour ne pas que les spermatozoïdes et l’ovule se rencontrent. Lors d’une grossesse non désirée, une interruption volontaire de grossesse doit être réfléchie et planifiée avec son gynécologue.

Aurai-je mes règles après avoir pris la pilule du lendemain ?

La majorité des femmes (environ 70%) ont leurs règles à la date prévue, ou dans les 7 jours avant ou après. Dans les autres cas, la survenue des règles peut avoir lieue plus de 7 jours avant la date présumée ou même plus de 7 jours après. Certaines femmes ont aussi des « spottings », c’est-à-dire des petits écoulements de sang entre la prise du comprimé et la survenue des règles.

Dans les cas où les règles n’arrivent pas, il est préférable de réaliser un test de grossesse 3 semaines minimum après le rapport sexuel non protégé.

Quels sont les effets secondaires de la pilule du lendemain ?

Les effets secondaires sont différents entre les deux contraceptions d’urgence.

NorLevo peut entraîner les effets secondaires suivants chez plus d’1 femme sur 10 : vertiges, céphalées, nausées, douleurs abdominales, retard de règles, fatigue, règles abondantes, douleurs pelviennes, tensions mammaires, vomissements, diarrhées.

EllaOne peut entraîner des effets secondaires chez plus d’1 femme sur 100 (donc moins fréquemment que NorLevo) : vertiges, céphalées, nausées, douleurs abdominales, retard de règles, fatigue, règles abondantes, douleurs pelviennes, tensions mammaires, vomissements, diarrhées.

Si vous vomissez dans les 3 heures suivant la prise, un autre comprimé doit être avalé.

Si les effets secondaires sont très intenses et accompagnés de fièvre, il faudra se rendre chez son médecin ou aux urgences pour mettre en évidence toute complication due à une grossesse extra utérine ou une fausse couche.

Puis-je utiliser la pilule du lendemain comme contraception principale ?

La pilule du lendemain n’est pas un moyen de contraception. N’hésitez pas à en discuter avec un professionnel de santé et de consulter ce site : Choisir sa contraception.

J’ai pris la pilule du lendemain après un oubli de ma pilule contraceptive, dois-je utiliser des préservatifs jusqu’à l’arrivée de mes règles ?

Il est cependant préférable d’utiliser un moyen de contraception mécanique jusqu’à l’arrivée des menstruations. De plus, vous pourrez réaliser un test de grossesse au moins 3 semaines après le rapport non protégé.

Comment bien suivre mon cycle menstruel ?

J’utilise une application très sympa et ludique pour suivre mon cycle menstruel. Il s’agit de Clue, disponible gratuitement sur Apple store et Google play.

Bien entendu, si vous avez eu un rapport sexuel non protégé, pensez à vous faire dépister des maladies sexuellement transmissibles dans un centre de planification familiale ou directement auprès de votre médecin généraliste.

Et pour conclure, suivez bien vos cycles les filles 🙂

Si vous souhaitez plus de conseils sur les trucs de filles, j’ai un article rien que pour vous –> Des conseils pour être au TOP dans sa culotte !

A bientôt

Camille

Vous aimerez également...

6 Comments

  1. Linsei says:

    Bonjour,
    Je vous remercie pour cet article très complet et très clair qui vulgarise bien l’explication du fonctionnement de la pilule du lendemain. Mais je suis face à une situation incompréhensible et peut être que vous pourriez m’aider à éclaircir ce qui s’est passé.
    Mon début de cycle était le 28 mars (1er jour des règles). Rapport à risque avec mon mari dans la nuit du 11 avril. Prise de la pdl le 12 avril vers 11h. J’aurai du avoir mes règles le 25 avril (cycle de 27/28 jours) et donc test urinaire le 26 avril dès le 1er jour de retard. Le test s’est révélé positif confirmé par le test sanguin fait le même jour (le 26) qui situe la grossesse à environ 4SA. Pour moi, l’explication était simple: j’avais déjà ovulé le 11 avril et la prise de la pdl le 12 n’a pas empêché que l’ovule soit fécondée ni que la nidation se fasse. Pourtant, voulant être sûre que la grossesse soit bien effective (oeuf clair, grossesse extra-uterine..), mon médecin m’a prescrit une écho faite le 4 mai. Et là, datation à 4 SA (alors que normalement au moins 5 sa au vu de mon cycle). Nous nous sommes abstenus d’autres rapports les 2 semaines qui ont suivi. Donc je ne comprends pas ce qui a pu se passer. Si jai ovulé une semaine (ou même 3/4 jours) plus tard que prévu, il n’y avait normalement plus de spermatozoïdes capables de féconder l’ovule!? Je n’y comprends plus rien. A moins que les résultats de l’échographie soient erronés (est-ce possible ?). Ou l’oeuf n’évolue plus ce qui laisse supposer une FC bientôt ? Sachant que nous avons finalement décidé de le garder. Désolée pour le pavé et mercii de m’avoir lu. Ne serait-ce qu’un début d’explication serait bienvenu car j’appréhende la FC. Merci

    1. Bonjour Linsei, merci pour votre commentaire :). Malheureusement, je n’ai pas de réponse à vous donner concernant la datation à l’échographie… Peut être y a-t-il eu une erreur quelque part. J’espère en tout cas que votre grossesse se passera au mieux :).
      Bonne journée, Camille

  2. Bjr j’ai eu un préservatif déchiré au 9eme jour après mes règles. Mon cycle est de 28 jours . J’ai pris du norlevo dans les 20 mn qui ont suivi. J’ai un retard de 4jrs aujourd’hui. Je suis perdu.

    1. Bonjour Carine, vous pouvez faire un test de grossesse qui confirmera ou non que vous êtes enceinte. Si vous aviez déjà ovulé avant de prendre Norlevo, il est possible que vous soyez enceinte car Norlevo n’aurai pas pu agir sur une ovulation déjà faite… Je vous conseille de voir votre gynécologue rapidement, il pourra vous guider.
      Camille

  3. Bonjour je suis pharmacienne et je suis outrée de voir à répétition le manque de savoir sur Ella one ! Non vous n’etes Pas foutu si la fécondation a déjà eu lieu. Cette pilule de 120h rend la muqueuse utérine impropre à la nidation de l’embryon (c’est de là qu’on parle vraiment de grossesse). Vous ne savez pas combien il est important de bien informer toutes personnes susceptibles d’aller sur votre site. Vérifier vos sources au lieu d’angoisser des jeunes filles. Cordialement

    1. Bonjour « Quelqu’un »,

      Je me permets de vous répondre tant ce que vous avancez est faux et obsolète… En tant que professionnelle de santé, vous avez le devoir d’actualiser vos connaissances médicales…!

      En effet, lors de la sortie d’Ellaone (il y a bientôt 10 ans…), le laboratoire fabricant a crié haut et fort que cette contraception orale avait un effet sur la nidation… Ils sont tout de même revenus en arrière, faute de résultats cliniques suffisants (demande faite par les autorités de santé).

      Je vous conseille donc de relire (ou au moins lire une fois…) le RCP d’Ellaone dans lequel il ne figure à aucun moment ce que vous avancez. Le RCP d’un médicament, comme vous devez le savoir, expliquant en détail les modalités d’action d’un principe actif.

      Ellaone n’empêche pas la nidation, et n’a AUCUN effet abortif. Elle PEUT avoir un effet sur la muqueuse utérine mais cet effet n’a pas assez été prouvé lors des études cliniques.

      Je vous laisse donc relire mon article afin de bien mettre à jour vos connaissances et d’en informer correctement vos patientes dans votre pharmacie.

      Confraternellement,

      Camille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *